Attention aux confusions entre espèces du genre Tiliqua...

Tous les scinques à langue bleue qui ressemblent à T. scincoides n'en sont pas forcément... Méfiez-vous des apparences et des étiquettes...

 

Quelques exemples en photos: 



Deux specimens appartenant sans ambiguités à T. gigas etiquettés "T. scincoides" lors d'une bourse en Allemagne ( merci à "Perth" pour le prêt de ces deux photos)

 

Il est important de connaître l’espèce ou la sous-espèce que l’on possède notamment si on souhaite faire de la reproduction. J’ai très (trop !) souvent vu sur des forums ou des sites ou même dans des animaleries ou des magazines qui ont pignon sur rue des spécimens mal étiquetés, mal identifiés ou pire, des couples formés de deux espèces différentes. Le groupe « scincoides » (Shea 2000) : Tiliqua sp. Irian Jaya, T. gigas et T. scincoides sont très proches, la barrière génétique est fragile et ils peuvent s’hybrider facilement donnant les hybrides fertiles d’où le danger.

 

La confusion la plus fréquente reste celle entre Tiliqua scincoides scincoides et  Tiliqua sp. irian Jaya souvent identifié comme une sous-espèce indonésienne de T. scincoides, ce qui est faux. Actuellement cette espèce, qui a de caractéristiques communes à T. gigas evanescens et à T. scincoides reste sans nom. Certains estiment qu’il s’agit d’une population de T. gigas evanescens ou une autre sous-espèce de T. gigas, d’autres enfin l’affilie à T. scincoides. Mais en tous les cas il ne s’agit pas d’une variété indonésienne de T. scincoides scincoides ou T. scincoides intermedia malgré les ressemblances (surtout avec T. s. scincoides). Les hybridations de cette espèce et T. scincoides scincoides ont gravement mis en péril les populations captives de l’espèce australienne, qui rappelons-le est protégée dans son pays. Aujourd’hui il est rare de trouver des spécimens de T. s. scincoides, et souvent ils ne sont pas de lignée pure car ont été mélangés avec Tiliqua sp. iran Jaya.

 

Même si le formatage, la copie conforme et la pensée condescendante universelle est de mise actuellement, il serait dommage de se retrouver avec une seule variété de Tiliqua alors qu’il existe 7 sous-espèces bien différentes les unes des autres parmi les 3 espèces du groupe scincoides. ! Voici donc un outil à l’usage de ceux qui veulent en savoir plus et ne pas se tromper, ni se faire avoir !!!

 

Tiliqua scincoides :

            Caractéristiques : Queue courte (tiers de la longueur totale). Origines EXCLUSIVES : Australie ou îles de Tanimbar (Indonésie). Pattes avants marquées d’un dégradé homogène de blanc à gris, les pattes arrières et avant en se ressemblent pas. Pattes arrières avec des marques noires contrastées, pas à l’avant.

 

Tiliqua scincoides scincoides : Est de l’Australie.

Ci-dessous un spécimen de la population foncée avec bande temporale (caractéristique ESCLUSIVE de T. scincoides scincoides au sein de l'espèce T. scincoides - car de rares T. sp. Irian jaya possèdent des bandes temporales). Notez la couleur des pattes très sombre typiques de cette variété avant et l’agencement des taches oranges et noires sur les flancs. Les bandes sur la queue sont bien nettes.

 

Un spécimen plus clair, sans bande temporale, on note néanmoins les marques oranges sur les flancs et la coloration des pattes signe qu’il s’agit de T. scincoides scincoides.

 

Tiliqua scincoides intermedia : Nord de l’Australie

Notez l’agencement des taches et colorations sur le dos et les flancs. Il est différent de chez T. scincoides scincoides. Jamais de bande temporale (sauf les juvéniles), coloration de fond jaune, pattes avant claires immaculées. Les lignes sur la queue sont souvent moins nettes que chez T. s. scincoides.

 

Tiliqua scincoides chimaerea. Iles de Tanimbar et Babar

Coloration plus claire, les bandes dorsales sont moins marquées et moins contrastées. Coloration de fond jaune à gris très clair.

 
Comparaison des marques dorsales de T. s. scincoides, intermedia et chimaerea. (de gauche à droite)


 

Tiliqua sp. Irian Jaya souvent et faussement nommée Tiliqua scincoides « indonésie ». Origine : Sud de la province d’Irian Jaya, partie indonésienne de la Nouvelle-Guinée. Espèce très fréquemment importée car une des rares encore non protégée.

La queue peut être courte comme T. scincoides ou longue comme T. gigas. Les pattes avant sont maculées de taches noires ou gris très foncé comme les pattes arrières, il s’agit du critère le plus fiable et qui permet d’éliminer l’appartenance à Tiliqua scincoides  ou la pureté du spécimen (hybride). Bande temporale rarement présent mais certains spécimens en possèdent.

 

Pattes avants de Tiliqua scincoides scincoides (première et deuxième photos) et Tiliqua sp. Irian Jaya (dernière photo):

 

 

Afin de préserver la diversité biologique populations captives de Tiliqua, et de conserver les souches pures : N’HYBRIDEZ PAS LES ESPECES ET SOUS-ESPECES DIFFERENTES !!!

Voir le tableau d'identification des espèces et sous-espèces de ce groupe: Cliquez ici.

Un bel exemple d'erreur: Le spécimen si dessous est étiquetté "Tiliqua intermedius", ce qui non seulement n'existe pas comme taxon (mais fait allusion à Tiliqua scincoides intermedia) mais en plus, il s'agit d'un Tiliqua gigas!




Créé avec Créer un site
Créer un site