Nouvelles espèces de lézards décrites en 2014 :


Voici les nouvelles espèces de lézards décrites en 2014 à savoir 115 nouveaux taxa.

La liste n'est pas exhaustive, sans doute certaines espèces ont été « zappées »... Vous pouvez me faire par des oublis par e-mail (voir contact) et si possible m'envoyer la description originale.

Nota: LMC signifie longueur museau-cloaque, c'est à dire la longueur du lézard sans la queue.

Toxicofères – Iguaniens – Dactyloidés

Anolis carlliebi, Anolis immaculogularis, Anolis nietoi, Anolis sacamecatensis, Anolis stevepoei et Anolis zapotecorum KÖHLER, TREJO PÉREZ, PETERSEN & MÉNDEZ DE LA CRUZ, 2014. Six d'un coup ! Les auteurs se sont lancés dans une révision générale des anoles mexicains vivant sur la côte pacifique: de cette étude ressortent les descriptions de 21 espèces dont 6 totalement nouvelles. A . carbilleri provient d'une population jusqu'ici assimilée à A. quercorum, il a été nommé en l'honneur de Carl Lieb et est originaire de Ixtlán de Juárez dans l'Etat d'Oaxaca. A. immaculogularis doit son nom à sa gorge dépourvue de taches contrairement à l'espèce proche A. boulengerianus ; il est également originaire d'Oaxaca, le spécimen type ayant été collecté à Puerto Escondido. La localité type d'A. Nietoi est Cascada Iliatenco dans l'état de Guerrero ; il a été nommé en l'honneur de Adrián Nieto Montes de Oca. Le nom « à rallonge » de A. sacamecatensis vient de sa localité type, Cerro Sacamecates, située à plus de 2 000 m d'altitude dans l'état d'Oaxaca ; auparavant classée sous A. quercorum. Deux espèces ont été nommées en l'honneur de Steven Poe cette année, plus bas vous trouverez A. poei, ici c'est A. stevenpoei qui est originaire de l'état d'Oaxaca (A. poei d'Equateur). Les spécimens types d'A. Zapotecorum ont été collectés à Pluma Hidalgo, en Oaxaca ; le nom de cette espèce est liée à la civilisation Zapotèque. Référence : KÖHLER, G. ; R. G. TREJO PÉREZ, C. B. P. PETERSEN & F. R. MÉNDEZ DE LA CRUZ 2014. A revision of the Mexican Anolis (Reptilia, Squamata, Dactyloidae) from the Pacific versant west of the Isthmus de Tehuantepec in the states of Oaxaca, Guerrero, and Puebla, with the description of six new species Zootaxa 3862 (1): 001–210.

Anolis peucephilus KÖHLER, TREJO-PÉREZ, PETERSEN, MENDEZ DE LA CRUZ 2014 . Cette espèce a été décrite par les mêmes auteurs mais pas dans le même article. C'est une espèce très proche de A. omiltemanus, mais mesurant 6 cm de LMC (contre 4 cm pour son cousin). Elle est originaire de l'état d'Oaxaca, au sud-ouest du Mexique. Référence : Köhler, Trejo-Pérez, Petersen & Mendez de la Cruz, 2014 : A new species of pine anole from the Sierra Madre del Sur in Oaxaca, Mexico (Reptilia, Squamata, Dactyloidae: Anolis). Zootaxa, no 3753 (5), p. 453–468.

Anolis limon VELASCO & HURTADO-GÓMEZ, 2014. Originaires de la Vallée de la Magdalena, à l'ouest de la Colombie (département d'Antoquia), cet anole ressemble à A. ibanezi et A. chocorum mais l’écaillure de la tête et la coloration du fanon gulaire sont différentes. Son nom vient de la couleur citron-vert des femelles. Référence : VELASCO, JULIÁN A. & JUAN PABLO HURTADO-GÓMEZ 2014. A new green anole lizard of the "Dactyloa" clade (Squamata: Dactyloidae) from the Magdalena river valley of Colombia. Zootaxa 3785 (2): 201–216

Anolis poei AYALA-VARELA, TROYA-RODRIGUEZ, TALERO-RODRIGUEZ & TORRES-CARVAJAL, 2014. Originaire du versant occidental des Andes au centre de l'Equateur (état de Bolivar) et nommé en l'honneur de Steve Poe, un spécialiste des anoles. C'est une espèce sœur de A. gemmosus a sein du “western Dactyloa clade”. Le spécimen type a été collecté au bord d'une route, il vit dans les zones de forêt secondaire ou sur les arbustes en bordure de prairies. Il mesure en moyenne 5,9 cm de LMC, la queue mesurant deux fois la longueur du corps. Référence : Ayala-Varela FP, Troya-Rodríguez D, Talero-Rodríguez X, Torres-Carvajal O. 2014. A new Andean anole species of the Dactyloa clade (Squamata: Iguanidae) from western Ecuador. Amphibian & Reptile Conservation 8(1) : 8–24 Voir l'article.

Norops alocomyos et Norops leditzigorum KOHLER, VARGAS & LOTZKAT 2014. Ces deux espèces du Costa-Rica sont issues du complexe N. pachypus que Gunther Köhler et ses collègues étudient depuis 2006. La première est originaire de la cordillère de Talamanca et des montagnes au sud d'Escazú, la seconde de la Cordilière de Tilarán et de l'ouest de la Cordillère Centrale. La différentiation avec les deux espèces proches, N. pachypus et N. tropidolepis, est très subtile et se situe au niveau de l'écaillure et de la coloration du fanon gulaire. Comme la plupart des dactyloïdés, ce sont de petites lézards mesurant environ 5 cm de LMC. Le taxon alocomyus fait référence à une particularité anatomique génitale de l’espèce assez obscure pour un non biologiste : le sulcus spermaticus (sillon spermatique) fermé. Pour N. leditzigorum, c'est en hommage à la famille Leditzig, mécènes du programme BIOPAT. Référence : Köhler, G., J. Vargas, and S. Lotzkat. 2014. Two new species of the Norops pachypus complex (Squamata, Dactyloidae) from Costa Rica. Mesoamerican Herpetology 1: 254–280.


Toxicofères – iguanidés – liolaemidés.

Liolaemus chungara QUINTEROS, VALLADARES, SEMHAM, ACOSTA, BARRIONUEVO & ABDALA, 2014. Cette espèce se rencontre aux environs du lac Chungarà, dans la région de région d'Arica et Parinacota, la région la plus au nord du Chili qui fait frontière avec le Pérou. C'est un petit lézard de 5 cm de LMC appartenant au groupe L. alticolor-bibronii. Référence :Quinteros, Valladares, Semham, Acosta, Barrionuevo & Abdala, 2014 : A New Species of Liolaemus (Iguania: Liolaemidae) of the alticolor-bibronii Group from Northern Chile. South American Journal of Herpetology, vol. 9, no 1, p. 20-29.

Liolaemus ubaghsi ESQUERRÉ, TRONCOSO-PALACIOS, GARÍN & NÚÑEZ, 2014. Originaire de la région du Libertador General Bernardo O'Higgins au centre du Chili (au sud de Santiago). Le spécimen type a été capturé à 2 200 m d'altitude, à Chapa Verde, entre un réservoir d'eau et une piste de ski. La LMC maximum est de 9 cm, la queue représente 1,46 fois la LMC au maximum. Son nom est un hommage au paléontologiste belge Georges Ubaghs – spécialiste des échinodermes du paléozoïque – décédé en 2005... Rien à voir avec l'herpétologie me diriez-vous, sauf qu'il était aussi l'arrière grand-père d'un des auteurs. Référence : Esquerré, Troncoso-Palacios, Garín & Núñez, 2014 : The missing leopard lizard: Liolaemus ubaghsi sp. nov., a new species of the leopardinus clade (Reptilia: Squamata: Liolaemidae) from the Andes of the O’Higgins Region in Chile. Zootaxa, no 3815 (4), p. 507–525.

Liolaemus yatel ABDALA, PROCOPIO, STELLATELLI, TRAVAINI, RUIZ & MONACHESI, 2014. Le nom de cette espèce vient du Tehuelche, peuple de Patagonie, et signifie « sol rocailleux » en lien avec l'habitat de ce lézard de la région de Santa-Cruz (sud de l'Argentine), dont le spécimen type provient du Monumento Natural Bosques Petrificados, un parc naturel qui doit son nom aux arbres fossilisés qu'on y trouve. Ce lézard de régions sèches mesure 6 cm de LMC. Référence : Abdala, Procopio, Stellatelli, Travaini, Rodríguez & Ruiz Monachesi, 2014 : New Patagonian species of Liolaemus (Iguania: Liolaemidae) and novelty in the lepidosis of the southernmost lizard of the world: Liolaemus magellanicus. Zootaxa, no 3866 (4), p. 526–542.

Toxicofères – iguaniens – phrynosomatidés

Phrynosoma sherbrookei NIETO-MONTES DE OCA, ARENAS-MORENO, BELTRÁN-SÁNCHEZ & LEACHÉ, 2014. La description de cette espèce a été fortement médiatisée – autant que la découverte d'un nouveau reptile puisse l'être – il faut dire que les lézards cornus sont des reptiles atypiques. Il a été nommé en l'honneur de Wade C. Sherbrooke qui a beaucoup étudié ces lézards. P. sherbrookei est originaire du Mexique, de la région de Tenexatlajco dans l'état de Guerrero, à près de 2 000 m d'altitude. Le premier spécimen a été collecté en 2011, les chercheurs y ont vu une espèce différente de ce qui était alors connu. Ils ont ensuite décrit cette nouvelle espèce après avoir collecté treize autres spécimens. L'étude génétique a également montré la monophylie de trois espèces déjà connues : P. asio, P. braconieri et P. taurus. La nouvelle espèce ressemble à P. braconnieri, mesure 5 à 6 cm de LMC et possède une queue particulièrement courte. Son biotope est de type sub-humide avec une saison pluvieuse en été, il vit a dans des zones de forêts de chênes et de prairies. Référence : Nieto-Montes de Oca, Adrián; Diego Arenas-Moreno, Elizabeth Beltrán-Sánchez, and Adam D. Leaché 2014. A New Species of Horned Lizard (Genus Phrynosoma) from Guerrero, México, with an Updated Multilocus Phylogeny. Herpetologica Jun 2014, Vol. 70, No. 2: 241-257. Voir l'article.

Sceloporus aurantius GRUMMER & BRYSON, 2014. Originaire du sud-ouest d'Aguascalientes et du sud de Zacatecas dans la Sierra Madre Occidentale en plein centre du Mexique, c'est un petit lézard à la coloration très variable et dont le nom signifie « coloré en orange ». Il fait partie du groupe S. scalaris et était jusque-là confondu avec S. brownorum. Son aire de répartition se situe entre celle de S. brownorum et S. unicanthalis. De couleur grise à brune avec parfois des petits V noirs ou bruns sur le corps, il possède deux lignes blanches sur les flancs et une bande brune sur le dos, les mâles montrent une coloration orange assez vive au niveau des flancs. Il est observé dans des zones de savanes avec des arbres éparses. Il est ovipare. Référence : Grummer & Bryson, 2014 : A new species of bunchgrass lizard (Squamata: Phrynosomatidae) from the southern sky islands of the Sierra Madre Occidental, Mexico. Zootaxa, no 3790 (3), p. 439–450. A

Toxicofères – iguaniens - tropiduridés

Phymaturus aguedae TRONCOSO-PALACIOS & ESQUERRÉ, 2014. De nombreuses espèces du genre Phymaturus ont été décrite ces dernières années. Ces lézards vivant en altitude, dans les Andes ou au sud, en Patagonie sont adaptés aux climats froids. Ils sont vivipares et souvent végétariens. Deux nouvelles espèces se sont ajoutées cette année, dont P. aguedae, une petite espèce mesurant entre 8 et 9 cm et nommé en l'honneur d'Agueda Palacio, la mère d'un des auteurs. Cette nouvelle espèce fait partie du groupe P. mallimaccii et est originaire des montagnes de San Ramos dans la province métropolitaine du Chili. Elle vit dans les zones rocheuses d'altitude, autour de 2600-2700 m. C'est un lézard trapu, assez proche des Chuckwallas nord-américains (Sauromalus spp.). Référence : Troncoso-Palacios & Esquerré, 2014 : A new species of Phymaturus of the P. mallimaccii Group from the Andes of central Chile (Iguania: Liolaemidae). 
Phyllomedusa, vol. 13, no 1, p. 3–15 Voir l'article.

Phymaturus yachanana AVILA, PÉREZ, MINOLI & MORANDO, 2014. Cette espèce fait partie du groupe P. patagonicus et vit bien plus au sud que la précédente, dans la province de Rio Negro en Argentine. Référence : Avila, Fulvio Pérez, Minoli & Morando, 2014 : A new lizard of the Phymaturus genus (Squamata: Liolaemidae) from Sierra Grande, northeastern Patagonia, Argentina. Zootaxa, no 3793 (1), p. 99–118.

Stenocercus arndti VENEGAS, ECHEVARRIA & ALVAREZ, 2014. Observé seulement dans les alentours du village de la Granja, province de Chota au centre de la région de Cajamarca au nord-ouest du Pérou, il est présent entre 2000 et 2300 m d'altitude dans les forêts tropicales des Andes amazoniennes. Il mesure 9 à 10 cm de LMC. Nommé en l'honneur du Dr. Rudolf G. Arndt, mécène du programme BIOPAT. Référence : Venegas, Echevarria & Alvarez, 2014 : A new species of spiny-tailed iguanid lizard (Iguania: Stenocercus) from northwestern Peru. Zootaxa, no 3753 (1), p. 47–58

Toxicifères – iguaniens – chamaeleonidés.

Rhampholeon bruessoworum, Rhampholeon maspictus, Rhampholeon nebulauctor et Rhampholeon tilburyi BRANCH, BAYLISS & TOLLEY, 2014: Le genre Rampholeon regroupe des caméléons nains vivant dans le sous-bois des forêts humides et d'altitude d'Afrique de l'est. Ces quatre nouvelles espèces ont été découvertes dans les forêts d'altitude du Mozambique, et plus exactement sur les monts Chiperon (R. nebulauctor), Mabu (R. maspictus), Inago (R. bruessoworum) et Namuli (R. tilburyi). Ces quatre taxa sont classées dans le sous-genre Rhinodigitum. Ils mesurent entre 4 et 6,5 cm de LMC avec une queue courte représentant à peu près un quart de la LMC. Ces espèces ont été observées entre 900 et 1500 m d'altitude environ. Référence:
Branch, Bayliss & Tolley, 2014 : Pygmy chameleons of the Rhampholeon platyceps compex (Squamata: Chamaeleonidae): Description of four new species from isolated 'sky islands' of northern Mozambique. Zootaxa, no 3814 (1), p. 1–36.

Toxicofères – iguaniens – agamidés

Calotes manamendrai AMARASINGHE & KARUNARATHNA, 2014. Nommé en l'honneur de Kelum Manamendra-Arachchi, herpétologiste Sri-Lankais qui a décrit de nombreuses espèces de reptiles et d'amphibiens. Cet agame mesure 6-7 cm de LMC et a été découvert à 1000 m d'altitude dans le massif de Knuckles. Référence: Amarasinghe, Karunarathna & Fujinuma, 2014 : A New Calotes Species from Sri Lanka with a Redescription of Calotes liolepis Boulenger, 1885. Herpetologica, vol. 70, no 3, p. 323-338.

Calotes pethiyagodai AMARASINGHE, KARUNARATHNA, HALLERMANN, 2014. Seconde espèce originaire du massif de Knuckles au Sri-Lanka, observée entre 900 et 1500 m d'altitude, il mesure aux environs de 9 cm de LMC et est très proche de C. liocephalus. C'est un beau lézard arboricole vert-bleu avec des marques noires ou brunes. Espèce rare de forêt tropicale. Nommé en l'honneur de Tilak R. D. Pethiyagoda pour sa contribution à la préservation de la biodiversité au Sri-Lanka. Référence: Amarasinghe, Karunarathna, Hallermann, Fujinuma, Grillitsch & Campbell, 2014 : A new species of the genus Calotes (Squamata: Agamidae) from high elevations of the Knuckles Massif of Sri Lanka. Zootaxa, no 3785 (1), p. 59–78.

Phrynocephalus ahvazicus MELNIKOV, MELNIKOVA, NAZAROV, RAJABIZADEH, AL-JOHANY, AMR & ANANJEVA, 2014. Nommé à l'occasion d'une révision du complexe P. arabicus. Nommé selon la localité type, Ahvaz, dans la province de Khouzistan au sud-ouest de l'Iran. Cette espèce est la plus au nord du complexe, les autres se situant en péninsule arabique. C'est un petit lézard terrestre de 5 cm de LMC vivant en régions désertiques. Référence: Melnikov, Melnikova, Nazarov, Rajabizadeh, Al-Johany, Amr & Ananjeva, 2014 : Taxonomic Revision of Phrynocephalus arabicus Anderson, 1984 Complex with Description of a New Species from Ahvaz, South-Western Iran. Russian Journal of Herpetology, vol. 21, no 2, p. 149-159.

Pseudocalotes cybelidermus, Pseudocalotes guttalineatus et Pseudocalotes rhammanotus HARVEY, HAMIDY, KURNIAWAN, SHANEY & SMITH, 2014. Ces trois nouvelles espèces d'agames sont originaires du sud de Sumatra. Ce sont des lézards arboricoles vivant dans les forêts au-delà de 1 000m d'altitude. Ils mesurent 9 cm de LMC pour P. cybelidermus et P. guttalineatus, 6 cm pour P. rhammanotus, la queue reptrésent le double de ces dimensions. Leurs noms spécifiques font références à des caractères physiques: cybelidermus vient du grec kybelion, bleu-violet, et de derma, la peau, en référence à la couleur de la peau entre les écailles du fanon gulaire. P. guttalineatus signifie à points et ligné en référence à la ligne qui marque son cou et ses flancs. Quant à rhammanotus cela signifie “avec une suture sur le dos” en lien avec l'écaillure de son dos. Référence: Harvey, Hamidy, Kurniawan, Shaney & Smith, 2014 : Three new species of Pseudocalotes (Squamata: Agamidae) from southern Sumatra, Indonesia. Zootaxa, no 3841 (2), p. 211–238.


Toxicofères – anguimorphes - varanidés

Varanus hamersleyensis MARYAN, OLIVER, FITCH & O’CONNELL, 2014. Son nom fait référence à la région d’origine de la nouvelle espèce, celle d’Hamersley dans le nord de l’Australie. Il s’agit d’un petit varan du sous-genre Odatria au corps élancé ne mesurant qu’une cinquantaine de centimètres de longueur totale, la longueur museau cloaque étant de 16 cm. Il habite les zones rocheuses du bush, se réfugiant dans les crevasses étroites. Cette population était jusque-là affiliée à Varanus pilbarensis. Il se distingue notamment de V. pilbarensis (hormis des détails d’écaillure), par une coloration plus sombre, la présence d’ocelles blanchâtres sur la face extérieure des pattes postérieures et une absence d’anneaux noirs sur la queue. Référence : MARYAN, BRAD; PAUL M. OLIVER, ALISON J. FITCH & MORGAN O’CONNELL 2014. Molecular and morphological assessment of Varanus pilbarensis (Squamata: Varanidae), with a description of a new species from the southern Pilbara, Western Australia. Zootaxa 3768 (2): 139–158)

Varanus bangonorum et Varanus dalubhasa WELTON, TRAVERS, SILER & BROWN, 2014. Une étude sur les populations de varans des Philippines, a permis d’obtenir de nouvelles données sur la phylogénie (les liens de parenté entre espèces) du complexe « V. salvator ». Les espèces de ce groupe sont de grands varanidés auparavant assimilés à V. salvator mais qui ont été élevés au rang d’espèces à part entière. Cette étude porte plus précisément sur Varanus marmoratus et ajoute encore deux nouveaux taxa à la liste : Varanus dalubhasa et Varanus bangonorum originaires de l’île du Luzon. Les chercheurs se sont aperçus que ces deux espèces sont plus proches de V. nuchalis (voir de V. palawanensis, une espèce récemment décrite) que de V. marmoratus. Référence : LUKE J. WELTON, SCOTT L. TRAVERS, CAMERON D. SILER & RAFE M. BROWN. 2014. Integrative taxonomy and phylogeny-based species delimitation of Philippine water monitor lizards (Varanus salvator Complex) with descriptions of two new cryptic species. Zootaxa 3881.


Varanus sparnus DOUGHTY, KEALLEY, FITCH & DONNELLAN, 2014: Ce varan a ravit à Varanus bervicauda le titre de plus petit varan du monde avec ses 11,6 cm de LMC maximum et 23 cm de longueur totale ! Pas de beaucoup, c'est vrai d'autant que les deux espèces sont très proches donc, sans rancunes. Ce varanidé australien a une écologie similaire à son cousin, il lui ressemble beaucoup mais au lieu d'ocelles sombres sur le corps, il possède des petites taches noires et a également un corps plus élancé. On ne le trouve que dans la péninsule de Dampier, au sud-ouest des plateaux de Kimberley. Le terme sparnus signifie « rare », allusion à sa très petite aire de répartition. Référence:
"A new diminutive species of Varanus from the Dampier Peninsula, western Kimberley region, Western Australia." Paul Doughty, Luke Kealley, Alison Fitch and Stephen C. Donnellan. Records of the Western Australian Museum 29, pp. 128–140 (2014). Voir l'article.


Scincomorphes - scincidés

Caledoniscincus pelletieri SADLIER, WHITAKER, WOOD & BAUER, 2014. Malgré que le drapeau tricolore flotte sur la Nouvelle-Calédonie, il est assez étonnant de constater que l'herpétofaune de cette superbe île soit si peu connue des français. Le seul ouvrage dédié aux reptiles néo-calédoniens est en anglais (The herpetofauna of New Caledonia de Bauer & Sadler, deux auteurs de l'étude ici mentionnée) avec certes une traduction des résumés en français (par Ivan Ineich). Là encore, ce sont des anglophones qui ont décrit cette nouvelle espèce de scinque endémique de l'île. L'espèce a été découverte dans le massif du Dôme de Tiébaghi, entre la baie de Nehoue et la ville de Koumac. Elle est considérée comme en danger critique d'extinction car la zone est fortement exploitée par l'Homme notamment pour le nickel. A noter qu'un spécimen ressemblant beaucoup à cette espèce a été photographié dans le massif de Koniambo, loin de Tebaghi, sa présence reste donc à confirmer ailleurs que sur la localité type. Ce petit scinque très discret arbore une ligne blanche le long des flancs, attribue peu répandu au sein du genre sauf chez trois autres espèces. Néanmoins, chez C. peletieri, cette ligne ne se prolonge pas jusqu'entre les oreilles et les pattes antérieures. Des détails de l'écaillure ainsi qu'un nombre plus important de lamellae sur la face inférieure du quatrième doigt permettent d'affiner la détermination. Nommé en l'honneur de Bernard Pelletier, responsable de l'environnement à la Société Le Nickel pour sa collaboration avec les herpétologues. Référence: Sadlier, Whitaker, Wood & Bauer, 2014 : A new species of lizard in the genus Caledoniscincus (Reptilia: Scincidae) from far northwest New Caledonia. Zootaxa, no 3795 (1), p. 45–60.

Carlia sukur ZUG & KAISER, 2014: Endémique de la petite île de Sukur (Pulau Sukur), au large de Flores en Indonésie, ce petit scincidé mesure 4 cm de LMC appartient a groupe C. peronii. Référence: Zug, George R. and Hinrich Kaiser 2014. A new species of four-toed skink (Squamata: Scincidae: Carlia peronii species group) from Pulau Sukur, Indonesia, and biogeographic notes on the herpetofauna of Flores and Komodo. Proceedings of the Biological Society of Washington 126 (4): 379-392, doi: 10.2988/0006-324X-126.4.379

Carlia wundalthini HOSKIN, 2014. Originaire des Melville Range au nord du Queensland, en Australie. Sa LMC ne dépasse pas 4,9 cm, les mâles montrent une superbe coloration bleue vive au niveau de la gorge et des lèvres, et orange vif plus en arrière. Le corps lui est brun, le ventre blanc à orange. Il vit au sol dans les forêts humides à une altitude de 450 m environ. Son nom vient du nom aborigène de Charlie Monaghan, un des responsables locaux traditionnels. Référence: Hoskin, 2014 : A new skink (Scincidae: Carlia) from the rainforest uplands of Cape Melville, north-east Australia. Zootaxa, no 3869 (3), p. 224–236. Voir l'article.

Glaphyromorphus nyanchupinta et Glaphyromorphus othelarrni HOSKIN & COUPER, 2014: Deux autres scincidés du Queensland décrites cette année. Le genre Glaphyromorphus comprend 11 espèces vivant dans les forêts humides du Cape York et en Nouvelle-Guinée, Hoskin & Couper en avaient déjà décrit une en 2004. G. othelarrni provient également des Melvile Ranger comme Carlia wundalthini, et comme cette espèce, le nom scientifique a été donné par le conseil traditionnel aborigène en référence au nom local de Bob Flinders, natif de Cape Melville. G. nyanchupinta est originaire des Mcllwraith Range, son nom a été proposé par les chefs traitionnels du clan Kaantju et signifie “se cache dans les feuilles” en lien avec son caractère fouisseur. G. othelarrni mesure 9 cm de LMC, contre seulement 5 cm pour G. nyanchupinta. Référence: Hoskin & Couper, 2014 : Two new skinks (Scincidae: Glaphyromorphus) from rainforest habitats in north-eastern Australia. Zootaxa, no 3869 (1), p. 1–16

Lipinia sekayuensis GRISMER, ISMAIL, AWANG, RIZAL & AHMAD, 2014. Ce scinque porte le nom de la localité où il a été découvert, Hutan Lipur Sekayu dans la province de Terengganu à l'est de la péninsule Malaise, au sud-est du lac Tasik Kenyir. C'est une petite espèce mesurant 4 cm de LMC ressemblant beaucoup à L. surda. Référence: Grismer, Ismail, Awang, Rizal & Ahmad, 2014 : A new species of lowland skink (genus Lipinia Gray, 1845) from northeastern Peninsular Malaysia. Zootaxa, no 3821 (4), p. 457–464.

Parvoscincus duwendorum, Parvoscincus manananggalae et Parvoscincus tikbalangi SILER, LINKEM, COBB, WATTERS, CUMMINGS, DIESMOS & BROWN, 2014. Ces trois espèces vivant près des petits cours d'eau rapides ont été décrite suite à l'étude de Parvoscincus leucospilos, une espèce décrite en 2011, originaire de l'île de Luçon aux Philippines qui s'est donc avéré être un complexe de plusieurs espèces distinctes. Les trois nouvelles espèces sont de petits scincidés semi-aquatiques de seulement 3 cm de LMC pour la première, et 4 à 6 cm pour les deux autres. P. duwendorum a été nommé ainsi en référence aux “Duwende”, de petits êtres mythiques qui hanteraient les forêts tropicales de la région. Le nom de P. manananggalae est également lié à un être légendaire qui hante la nuit mais beaucoup moins sympathique: il s'agit d'une sorte chauve-souris vampire qui chasseraient les humains que l'on peut faire fuir devinez avec quoi: de l'ail bien sûr! Enfin, autre hommage aux croyances locales avec le nom tikbalangi qui fait référence à un être mi-homme, mi-cheval qui sauterait des arbres pour décapiter les humains. Référence: Siler, Linkem, Cobb, Watters, Cummings, Diesmos & Brown, 2014 : Taxonomic revision of the semi-aquatic skink Parvoscincus leucospilos (Reptilia: Squamata: Scincidae), with description of three new species. Zootaxa, no 3847 (3), p. 388–412.

Plestiodon kuchinoshimensis KURITA & HIKIDA, 2014. Les espèces du genre Plestiodon étaient autrefois classées dans le genre Eumeces. Il s'agit là d'une espèce asiatique car d'autres espèces du genre vivent en Amérique du nord. Plus précisément elle est originaire de l'île de Kuchinoshima , sur l'archipel de Tokara, au sud du Japon. Cette espèce fait partie du groupe P. latiscutatus. Référence : Kurita & Hikida, 2014 : A New Species of Plestiodon (Squamata: Scincidae) from Kuchinoshima Island in the Tokara Group of the Northern Ryukyus, Japan. Zoological science, vol. 31, no 7, p. 464-474.

Gekkotiens – eublepharidés

Goniurosaurus zhelongi WANG, JIN, LI & GRISMER, 2014. Un gecko provenant du Guangdong au sud de la Chine et nommé en l'honneur du biologiste chinois Zhe-long Pu. Il a été découvert dans la réserve naturelle de Shimentai. Il mesure 8 à 9 cm de LMC. Référence : Wang, Jin, Li & Grismer, 2014 : Description of a New Species of Goniurosaurus (Squamata: Eublepharidae) from the Guangdong Province, China, Based on Molecular and Morphological Data. Herpetologica, vol. 70, no 3, p. 309-322.

Eublepharis satpuraensis MIRZA, SANAP, RAJU, GAWAI & GHADEKAR 2014. Cette nouvelle espèce de gecko léopard, proche d'E. fuscus, est originaire du Centre de l'Inde. Son nom fait référence au site où les spécimens ont été collectés, les Satpura Hills. Cette espèce mesure 13 cm de LMC se différentie par un certain nombre de détails comme la forme et le nombre des tubercules. Les adultes possède deux bandes brunes transversales sur le dos et une sur la nuque. Ces bandes sont bordées de blanc, une fine ligne également blanche longe la colonne vertébrale. La tête est fortement marquée de réticulations brunes. Il est originaire de zones de brousse semi-aride. L'article donne également des clés d'identification du genre Eublepharis. Référence : MIRZA Z. A., SANAP R. V. , RAJU D. , GAWAI A. & GHADEKAR P. 2014. A new species of lizard of the genus Eublepharis (Squamata: Eublepharidae) from India. Phyllomedusa 13(2). Voir l'article.

Gekkotiens – gekkonidés

Afroedura broadleyi, A. granitica, A. leoloensis, A. maripi, A. pienaari, A. pongola, A. rondavelica, A. rupestris et A. waterbergensis JACOBSEN, KUHN, JACKMAN & BAUER, 2014 : Ces neufs nouveaux taxa ont été décrits suite à l’analyse phylogénique du genre Afroaedura. Elles sont toutes originaires d’Afrique du sud, des provinces de Limpopo et Mpumalanga, au nord-est du pays, près de la frontière avec le Mozambique, le Zimbabwe et le Botswana. Ces nouveaux taxa sont rattachés à différents groupes d’espèces : A. rupestris appartient au groupe A. multiporis ; A. maripi, A. pongola et A. rondavelica dans le groupe A. marleyi ; et enfin, A. broadleyi, A. granitica, A. leoloensis, A. pienaari et A. waterbergensis dans le groupe A. langi. Dans cette étude, les auteurs élèvent aussi certaines taxa déjà décrits au rang d’espèces et fournissent des clés d’identification pour le genre. Le genre Afroaedura est composé de 27 espèces (incluant les nouvelles décrites), il s’agit d’un groupe complexe de petits geckos rupicoles mesurant entre 4 et 6 cm de LMC (pour les espèces sus-mentionnées). référence: JACOBSEN, NIELS H. G.; ARIANNA L. KUHN, TODD R. JACKMAN & AARON M. BAUER 2014. A phylogenetic analysis of the southern African gecko genus Afroedura Loveridge (Squamata: Gekkonidae), with the description of nine new species from Limpopo and Mpumalanga provinces of South Africa. Zootaxa 3846 (4): 451–501

Cnemaspis bidongensis GRISMER, WOOD, AHMAD, SUMARLI, VAZQUEZ, ISMAIL, NANCE, MOHD-AMIN, OTHMAN, RIZAIJESSIKA, KUSS, MURDOCH & COBOS, 2014 : Originaire de l'est de la Péninsule malaise, il mesure presque 6 cm de LMC. Les spécimens types ont été capturés sur l'île de Bidong, une île de 260 hectares qui a servit de camp de réfugiés lors de la guerre du Vietnam. Référence : GRISMER, L. LEE; PERRY L. WOOD, JR., AMIRRUDIN B. AHMAD, ALEXANDRA S.-I. SUMARLI, JESSIKA J. VAZQUEZ 2014. A new species of insular Rock Gecko (Genus Cnemaspis Strauch, 1887) from the Bidong Archipelago, Terengganu, Peninsular Malaysia. Zootaxa 3755 (5): 447–456

Cnemaspis hangus, C. mumpuniae, C. omari, C. peninsularis, C. stongensis, C. sundagekko, C. sundainsula et C. temiah GRISMER, WOOD, ANUAR, RIYANTO, AHMAD, MUIN, SUMONTHA, GRISMER, ONN, QUAH & PAUWELS, 2014 : Le genre Cnemaspis a vu de nombreuses nouvelles espèces décrites ces dernières années. Ici, ce sont huit nouveaux taxa décrits lors d'une étude approfondie du genre où 44 des 50 espèces du genre ont été analysées sur des critères génétiques et morphologiques permettant de mettre en place une phylogénie solide. Référence: GRISMER, L. LEE; PERRY JR L. WOOD, SHAHRUL ANUAR, AWAL RIYANTO, NORHAYATI AHMAD, MOHD A. MUIN, MONTR 2014. Systematics and natural history of Southeast Asian Rock Geckos (genus Cnemaspis Strauch, 1887) with descriptions of eight new species from Malaysia, Thailand, and Indonesia. Zootaxa 3880 (1): 001–147

Cnemaspis girii MIRZA, PAL, BHOSALE & SANAP, 2014. Espèce originaire d'Inde (Maharashtra). Mesure moins de 35 mm de LMC. Nommée en l'honneur du docteur Dr. Varad Giri de la Bombay Natural History Society. Référence: MIRZA, ZEESHAN A.; SAUNAK PAL, HARSHAL S. BHOSALE & RAJESH V. SANAP 2014. A new species of gecko of the genus Cnemaspis Strauch, 1887 from the Western Ghats, India. Zootaxa 3815 (4): 494–506

Cnemaspis kottiyoorensis CYRIAC & UMESH, 2014: Ce n'est pas le nom le plus simple qu'on puisse donner à une espèce... On a vu pire, mais quand même. Originaire de l'état de Kerala en Inde. Région montagneuse du futur Kottiyoor Wildlife Sanctuary, District de Kannur. LMC de 4 cm, proche de C. wynadensis. Référence: Cyriac & Umesh, 2014 : Description of a New Ground-Dwelling Cnemaspis Strauch, 1887 (Squamata: Gekkonidae), from Kerala, Allied to C. wynadensis (Beddome, 1870). Russian Journal of Herpetology, vol. 21, no 3, p. 187-194.

Cnemaspis rammalensis VIDANAPATHIRANA, GEHAN-RAJEEV, WICKRAMASINGHE,FERNANDO & MENDIS-WICKRAMASINGHE, 2014: Cette nouvelle espèce est originaire du sud du Sri Lanka, elle a été découverte dans la forêt de Rammalakanda qui lui a valu son nom. C'est un petit gecko terrestre (comme tous les Cnemapsis) de 5 cm de LMC. Référence: VIDANAPATHIRANA, DULAN RANGA; M. D. GEHAN RAJEEV, NETHU WICKRAMASINGHE, SAMANTHA SURANJAN FERNANDO & 2014. Cnemaspis rammalensis sp. nov., Sri Lanka’s largest day-gecko (Sauria: Gekkonidae: Cnemaspis) from Rammalakanda Man and Biosphere Reserve in southern Sri Lanka. Zootaxa 3755 (3): 273–286

Cyrtodactylus cucdongensis SCHNEIDER, PHUNG, LE, NGUYEN & ZIEGLER, 2014 : Cette espèce originaire du sud du Vietnam a été décrite sur l'étude génétique de sept spécimens au cap Cuc Dong dans la province de Khahn Hoa. Elle mesure environ 6,5 cm de LMC. Vit sur les rochers parmi les broussailles. Le genre Cyrtodactylus a fait l'objet de nombreuses descriptions en 2014 où on retrouve souvent les mêmes auteurs. Référence : Schneider, Phung, Le, Nguyen & Ziegler, 2014 : A new Cyrtodactylus (Squamata: Gekkonidae) from Khanh Hoa Province, southern Vietnam. Zootaxa, no 3785 (4), p. 518–532.

Cyrtodactylus doisuthep KUNYA, PANMONGKOL, PAUWELS, SUMONTHA, MEEWASANA, BUNKHWAMDI5 & DANGSRI, 2014. Gecko de milieu forestier mesurant 9,5 cm de LMC. Originaire de la province de Chiang Mai dans le nord de la Thaïlande. Référence : Kunya, Panmongkol, Pauwels, Sumontha, Meewasana, Bunkhwamdi & Dangsri, 2014 : A new forest-dwelling Bent-toed Gecko (Squamata: Gekkonidae: Cyrtodactylus) from Doi Suthep, Chiang Mai Province, northern Thailand. Zootaxa, no 3811 (2), p. 251–261.

Cyrtodactylus guakanthanensis GRISMER, BELABUT, QUAH, ONN, WOOD & HASIM, 2014: Occupe les rochers calcaires au milieu de la forêt humide de Gua Kanthan, dans l'état du Perak à l'ouest de la péninsule malaise. Petit gecko de 7 à 8 cm de LMC appartenant au groupe C. sworderi. Menacé par la destruction de la zone kartstique (calcaire) dans laquelle il vit. Référence: Grismer, Belabut, Quah, Onn, Wood & Hasim, 2014 : A new species of karst forest-adapted Bent-toed Gecko (genus Cyrtodactylus Gray, 1827) belonging to the C. sworderi complex from a threatened karst forest in Perak, Peninsular Malaysia. Zootaxa, no 3755 (5), p. 434–446

Cyrtodactylus jaegeri LUU, CALAME, BONKOWSKI, NGUYEN & ZIEGLER, 2014: Espèce endémique de la province de Khammouane au centre du Laos, près de la frontière cambodgienne. C'est également un habitant des zones karstiques. Il mesure en moyenne 6,5 cm de LMC. Nommé en l'honneur de l'arachnologue Peter Jäger qui a capturé le spécimen type. Référence: Luu, Calame, Bonkowski, Nguyen & Ziegler, 2014 : A new species of Cyrtodactylus (Squamata: Gekkonidae) from Khammouane Province, Laos. Zootaxa, no 3760 (1), p. 54–66.

Cyrtodactylus jelawangensis, Cyrtodactylus sharkari et Cyrtodactylus timur GRISMER, WOOD, ANUAR, QUAH, MUIN, MOHAMED, ONN, SUMARLI, LOREDO & HEINZ, 2014 : Trois nouvelles espèces appartenant au complexe C. pulchellus et originaires du nord-est de la péninsule malaise. Ces geckos mesurent entre 10 et 12 cm de LMC ont été découverts dans des régions karstiques encore peu connues des naturalistes. Référence: Grismer, Wood, Anuar, Quah, Muin, Mohamed, Onn, Sumarli, Loredo & Heinz, 2014 : The phylogenetic relationships of three new species of the Cyrtodactylus pulchellus complex (Squamata: Gekkonidae) from poorly explored regions in northeastern Peninsular Malaysia. Zootaxa, no 3786 (3), p. 359–381.

Cyrtodactylus khelangensis PAUWELS, SUMONTHA, PANITVONG & VARAGUTTANONDA, 2014: Originaire de la province de Lampang (anciennement Khelang), au nord-ouest Thaïlande. Atteint en moyenne 9,5 cm de LMC. A été découvert dans une grotte calcaire à Pratu Pa (district de Mae Mo). Référence: PAUWELS, OLIVIER S. G.; MONTRI SUMONTHA, NONN PANITVONG & VARAWUT VARAGUTTANONDA 2014. Cyrtodactylus khelangensis, a new cave-dwelling Bent-toed Gecko (Squamata: Gekkonidae) from Lampang Province, northern Thailand. Zootaxa 3755 (6): 584–594

Cyrtodactylus kunyai PAUWELS, SUMONTHA, KEERATIKIAT & PHANAMPHON, 2014. Ce gecko d'un peu moins de 9 cm de LMC, a été nommé en l'honneur de Kirati Kunya, curateur de la collection des reptiles du Nakhonratchasima Zoo (Thaïlande). Découvert dans une grotte calcaire à Suan Hin Pha Ngam, au nord de la Thaïalnde (province de Loei). Référence: PAUWELS, OLIVIER S. G.; MONTRI SUMONTHA, KAWEESAK KEERATIKIAT & EAKARIT PHANAMPHON 2014. Cyrtodactylus kunyai (Squamata: Gekkonidae), a new cave-dwelling Bent-toed Gecko from Loei Province, northeastern Thailand. Zootaxa 3821 (2): 253–264

Cyrtodactylus metropolis GRISMER, WOOD, ONN, ANUAR & MUIN, 2014: Originaire du massif karstique de Batu (329 m), dans la région de Selangor en Malaisie péninsulaire. Son nom bvient du fait qu'elle a été trouvée tout près de Kuala-Lumpur, à 11 km au nord-est de la métropole malaise. La massif de Batu et ses grottes, lieu mythique pour les huindousites et jusqu'ici préservé, est aujourd'hui cerné par l'urbanisation. Cette espèce était jusqu'ici atribuée à C. pulchellus, mais sa coloration a intrigué les herpétologues qui se sont aperçus que c'était une espèce différente et endémique de cette zone. Référence: Grismer, Wood, Onn, Anuar & Muin, 2014 : Cyrts in the city: A new Bent-toed Gecko (Genus Cyrtodactylus) is the only endemic species of vertebrate from Batu Caves, Selangor, Peninsular Malaysia. Zootaxa, no 3774 (4), p. 381–394.

Cyrtodactylus puhuensis NGUYEN, YANG, THI LE, NGUYEN, ORLOV, HOANG, NGUYEN, JIN, RAO, HOANG, CHE, MURPHY & ZHANG, 2014. Les spécimens type ont été prélevés dans la réserve naturelle de Puhu, dans la province de Tanh Hoa, au nord du Vietnam. Petit gecko mesurant autour de 8 cm de LMC. Référence : Nguyen, Yang, Thi Le, Nguyen, Orlov, Hoang, Nguyen, Jin, Rao, Hoang, Che, Murphy & Zhang, 2014 : DNA barcoding of Vietnamese bent-toed geckos (Squamata: Gekkonidae: Cyrtodactylus) and the description of a new species. Zootaxa, no 3784 (1), p. 48–66.

Cyrtodactylus saiyok PANITVONG, SUMONTHA, TUNPRASERT & PAUWELS, 2014. Petit gecko de seulement 6 cm de LMC découvert dans le nord de la Thaïlande, sur un massif calcaire couvert de forêt tropicale à Khao Krajae, dans le district de Sai Yok, province de Kanchanaburi. Référence: Panitvong, Sumontha, Tunprasert & Pauwels, 2014 : Cyrtodactylus saiyok sp. nov., a new dry evergreen forest-dwelling Bent-toed Gecko (Squamata: Gekkonidae) from Kanchanaburi Province, western Thailand. Zootaxa, no 3869 (1), p. 64–74.

Cyrtodactylus samroiyot PAUWELS & SUMONTHA, 2014 : Ce gecko mesure au maximum 6,7 cm de LMC. Il est originaire du sud de la Thaïlande (partie péninsulaire). Référence: Pauwels & Sumontha, 2014 : Cyrtodactylus samroiyot, a new limestone-dwelling Bent-toed Gecko (Squamata: Gekkonidae) from Prachuap Khiri Khan Province, peninsular Thailand. Zootaxa, no 3755 (6), p. 573–583.

Cyrtodactylus semiadii RIYANTO, BAUER & YUDHA, 2014. Gecko mesurant un peut plus de 4 cm de LMC originaire de Java (province de Yogyakarta). C'est la troisème espèces de Cyrtodactylus décrite sur cette île. Référence : Riyanto, Bauer & Yudha, 2014 : A new small karst-dwelling species of Cyrtodactylus (Reptilia: Squamata: Gekkonidae) from Java, Indonesia. Zootaxa, no 3785 (4), p. 589–599.

Cyrtodactylus thuongae PHUNG, VAN SCHINGEN, ZIEGLER & NGUYEN, 2014. Originaire de la province de Tây Ninh au sud du Viêt Nam, elle a été nommée en l'honneur de Thuong Thi Lien Nguyen, épouse de l'un des auteurs. Mesure 78 mm de LMC au maximum. Référence: Phung, Van Schingen, Ziegler & Nguyen, 2014 : A third new Cyrtodactylus (Squamata: Gekkonidae) from Ba Den Mountain, Tay Ninh Province, southern Vietnam. Zootaxa, no 3764 (3), p. 347–363.

Cyrtodactylus vilaphongi SCHNEIDER, NGUYEN, DUC LE, NOPHASEUD, BONKOWSKI & ZIEGLER, 2014. Également découvert au nord du Laos, dans le province de Luang Prabang. Nommée en l'honneur de Vilaphong Kanyasone membre du Provincial Natural Resources and Environmental Office qui a contribué à la collecte des spécimens types. Mesure 86 mm de LMC au maximum. Référence Schneider, N.; Nguyen, T.Q., Le Duc, M.; Nophaseud, L., Bonkowski, M. & Ziegler, T. 2014. A new species of Cyrtodactylus (Squamata: Gekkonidae) from the karst forest of northern Laos. Zootaxa 3835 (1): 080–096

Cyrtodactylus wangkulangkulae SUMONTHA, PAUWELS, SUWANNAKARN, NUTATHEERA & SODOB, 2014. Originaire de la province de Satun, à l'extrême sud de la Thaïlande, près de la frontière malaise et nommé en l'honneur de Sansareeya Wangkulangkul de la Prince of Songkhla University. Le spécimen type, capturé à la sortie d'une grotte calcaire, est une femelle de 73,9 mm de LMC. Référence : SUMONTHA, MONTRI; OLIVIER S. G. PAUWELS, NIKORN SUWANNAKARN, THAMMARAT NUTATHEERA & WATCHIRA SODOB 2014. Cyrtodactylus wangkulangkulae (Squamata: Gekkonidae), a new Bent-toed Gecko from Satun Province, southern Thailand. Zootaxa 3821 (1): 116–124

Gehyra moritzi, G. pulingka et G. versicolor HUTCHINSON, SISTROM, DONNELLAN & HUTCHINSON, 2014. Trois espèces de geckos arboricoles australiennes décrite lors d'une révision du genre Gehyra. Les trois nouvelles espèces étaient jusqu'ici assimilées à – respectivement - G. montium, G. nana et G. variegata. Les différences entre espèces sont difficiles à distinguer et leur identification s'est essentiellement faite sur des base génétiques. G. moritzi est originaire du Centre de l'Australie, de même que G. pulingka qui se situe néanmoins plus au sud par rapport à l'espèce précédente. Quant à G. versicolor, elle a une vaste répartition qui couvre toute la moitié est de l'Australie. L'article de Hutchinson & al. fournit des descriptions précises des six espèces étudiées et signale également la présence de populations hybrides. Référence : Hutchinson, Sistrom, Donnellan & Hutchinson, 2014 : Taxonomic revision of the Australian arid zone lizards Gehyra variegata and G. montium (Squamata, Gekkonidae) with description of three new species. Zootaxa, no 3814 (2), p. 221–241. Voir l'article.

Gehyra serraticauda SKIPWITH & OLIVER, 2014. Le nom de ce gecko découvert à l'extrême ouest de la Nouvelle-Guinée (péninsule d'Onin) vient des larges écailles qui présentes sur sa queue. L'espèce est encore très peu connue, elle a été photographiée une fois dans la nature et l'holotype est un spécimen conservé originaire, semble-t-il, de Fakfak. Référence : Skipwith & Oliver, 2014 : A new Gehyra (Gekkonidae: Reptilia) from New Guinea with unique caudal scalation. Zootaxa, no 3827 (1), p. 57–66.

Hemidactylus acanthopholis MIRZA & SANAP, 2014. Originaire du Tamil Nadu, à la pointe sud de l'Inde. Ce lézard de 9 cm de LMC ressemble à H. maculatus, il s'en distingue essentiellement par l'écaillure. Son nom vient de la présence d'écailles épineuses sur le tronc. Mirza & Sanap, 2014 : Mirza, Zeeshan A; Rajesh V Sanap 2014. A new Cryptic species of Gecko of the genus Hemidactylus Oken, 1817 (Reptilia: Gekkonidae) from Southern India. Taprobanica, vol. 6, no 1, p. 12-20.

Hemidactylus biokoensis, H. coalescens, H. eniangii et H. kyaboboensis WAGNER, LEACHÉ & FUJITA, 2014. Ces quatre espèces ont été décrites à partir d'une étude du complexe H. fasciatus. Elles proviennent toutes d'Afrique équatoriale et de l'ouest, plus précisemment, H. kyaboboensis se rencontre dans les Togo Hills (au Ghana) et la forêt de Missahöhe au Togo qui font partie du Dahomey Gap, une région comprenant les zones cotières du Bénin, du Togo et du Ghana. H. eniangii se rencontre entre le Dahomey Gap et l'ouest du Cameroun. H. coalescens est présent du centre du Cameroun au sud du Gabon. Enfin, H. biokoensis est endémique de l'île de Bioko en Guinée équatoriale. Avec la description de ces quatre espèces, H. fasciatus au sens strict n'est plus présent que dans les forêts guinéennes à l'est du Dahomey Gap. Tous ont été observés en milieu forestier humide. Ces geckos mesurent 6 à 8 cm de LMC. Référence: Wagner, Leaché & Fujita, 2014 : Description of four new West African forest geckos of the Hemidactylus fasciatus Gray, 1842 complex, revealed by coalescent species delimitation. Bonn zoological Bulletin, vol. 63, no 1, p. 1–14. Article complet.

Hemidactylus minutus VASCONCELOS & CARRANZA, 2014. Cette espèce a été décrite lors d'une étude sur Hemidactylus homoeolepis qui a montré que les populations d'Oman et de l'est du Yémen appartiennent à une espèce distincte se caractérisant notamment par sa petite taille (3 cm de LMC). Vasconcelos & Carranza, 2014 : Systematics and biogeography of Hemidactylus homoeolepis Blanford, 1881 (Squamata: Gekkonidae), with the description of a new species from Arabia. Zootaxa, no 3835 (4), p. 501–527.

Hemidactylus mrimaensis MALONZA & BAUER, 2014. Originaire du sud-est du Kenya, près de la frontière avec la Tanzanie. Gecko au corps élancé et à la queue fine qui mesure entre 4 et 5 cm de LMC, les femelles sont plus grandes que les mâles. Nommé en référence au lieu de sa découverte, la forêt de Kaya Mrima, une forêt côtière très menacée. Référence : Malonza & Bauer, 2014 : A new species of arboreal forest-dwelling gecko (Hemidactylus: Squamata: Gekkonidae) from coastal Kenya, East Africa. Zootaxa, 3786 (2), p. 192–200

Hemiphyllodactylus banaensis NGO VAN TRI, GRISMER, THAI & WOOD, 2014. Découvert sur le mont Bà Nà, à 1 300 m d'altitude, dans la réserve naturelle de Ba Na–Nui Chua, province de Quang Nam au Centre du Viet Nam. Mesure autour de 5 cm de LMC. Ngo Van Tri, Grismer, Thai & Wood, 2014 : A new species of Hemiphyllodactylus Bleeker, 1860 (Squamata: Gekkonidae) from Ba Na–Nui Chua Nature Reserve, Central Vietnam. Zootaxa, no 3760 (4), p. 539–552.

Hemiphyllodactylus chiangmaiensis GRISMER, WOOD & COTA, 2014. N'a été observé que près de la ville de Chiang Mai, dans la province du même nom, au nord-ouest de la Thaïlande. Il vit de pfréférence dans les zones rocheuses mais aussi dans les habitations exemptes d'autres espèces de geckos “des maisons” des genres Gehyra ou Hemidactylus. Mesure autour de 4 cm de LMC. Grismer, Wood & Cota, 2014 : A new species of Hemiphyllodactylus Bleeker, 1860 (Squamata: Gekkonidae) from northwestern Thailand. Zootaxa, no 3760 (1), p. 67–78.

Hemiphyllodactylus engganoensis GRISMER, RIYANTO, ISKANDAR & MCGUIRE, 2014. Cette espèce est endémique de l'île d'Enggano au sud-ouest de Sumatra. L'île fait environ 35 km de long d'est en ouest et 16 km de large du nord au sud. Sa superficie est de 443 km². Son élévation moyenne de 100 m. L'île est couverte de collines boisées qui culminent à 281 m (source: wikipédia). Ce petit gecko mesure 3,7 cm de LMC au maximum. Il fait parie du groupe H. typus dont l'étude en 2013 par Grismer & al. a permis de décrire d'autres espèces au sein du genre en 2014. Les 3 spécimens types ont été collectés en forêt près des plages à environ un mètre du sol. Référence: Grismer, Riyanto, Iskandar & Mcguire, 2014 : A new species of Hemiphyllodactylus Bleeker, 1860 (Squamata: Gekkonidae) from Pulau Enggano, southwestern Sumatra, Indonesia. Zootaxa, no 3821 (4), p. 485–495

Hemiphyllodactylus kiziriani NGUYEN, BOTOV, LE DUC, NOPHASEUD, BONKOWSKI & ZIEGLER, 2014. Originaire de la province de Luang Prabang au nord-ouest du Laos, ce gecko mesure 3,5 à 4 cm de LMC. Nommé en l'honneur du Dr. David A. Kizirian, de l'American Museum of Natural History (New York, USA), grand spécialiste de l'herpétofaune du sud-est asiatique. Découvert dans des milieux rocheux calcaires. Référence : Nguyen, Botov, Le Duc, Nophaseud, Zug, Bonkowski & Ziegler, 2014 : A new species of Hemiphyllodactylus (Reptilia: Gekkonidae) from northern Laos. Zootaxa, no 3827 (1), p. 45–56

Paroedura hordiesi GLAW, RÖSLER, INEICH, GEHRING, KÖHLER & VENCES, 2014. Cette espèce de gecko a fait parler d'elle car dès sa description les auteurs ont souligné la pettitesse de sa réparition et proposé qu'elle soit classée en danger critique d'extinction par l'UICN. Découverte dans la réserve de la Montagne des français (Tendrombohitr' Antsingy en malgache), à la pointe nord de Madagascar, il mesure un peu plus de 5 cm de LMC. Gecko de couleur grise barré de brun au corps et à la queue fine, avec une tête large et de grands yeux. Il habite les zones rocheuses calcaires au sein de la forêt sèche. Nommé en l'honneur de Freddy Hordies pour son soutien au programme de mécennat BIOPAT. Référence : Glaw, Rösler, Ineich, Gehring, Köhler & Vences, 2014 : A new species of nocturnal gecko (Paroedura) from karstic limestone in northern Madagascar. Zoosystematics and Evolution, vol. 90, no 2, p. 249-259

Gekkotiens – diplodactylidés

Strophurus horneri OLIVER & PARKIN, 2014 : Découverte dans la brousse du plateau d'Arnhem, au nord de l'Australie, ce gecko au corps fin (au point d'être nommé gecko phasme), mesurant 5 cm de LMC maximum, vit dans les fameux Spinifex, ces herbes hautes typiques des zones arides et semi-arides du continent rouge ou au pied des rochers de grès. Semble restreint au nord et à l'ouest du plateau. Nommé en hommage au célèbre herpétologiste australien Paul Horner. Référence : Oliver & Parkin, 2014 : A new phasmid gecko (Squamata: Diplodactylidae: Strophurus) from the Arnhem Plateau: more new diversity in rare vertebrates from northern Australia. Zootaxa, no 3878 (1), p. 37–48. Voir l'article complet.

Oedura murrumanu OLIVER, LAVER, MELVILLE & DOUGHTY, 2014. Autre gecko australien de taille moyenne (environ 10 cm de LMC) dont le nom vient de la langue des Bunuba, aborigènes de la région de Kimberley et qui signifie tout simplement « gecko ». Il a été découvert dans les Oscar Range en Australie occidentale, au sud du Plateau de Kimberley. Il vit parmi les rochers. Espèce sœur de O. filicipoda qui vit plus au nord. Référence : Oliver, Laver, Melville & Doughty, 2014 : A new species of Velvet Gecko (Oedura: Diplodactylidae) from the limestone ranges of the southern Kimberley, Western Australia. Zootaxa, no 3873 (1), p. 49–61 Voir l'article : http://biotaxa.org/Zootaxa/article/viewFile/zootaxa.3873.1.4/10142

Latérates – teiiformatiens - gymnophtalmidés

Alopoglossus viridiceps TORRES-CARVAJAL & LOBOS, 2014. Le nom de cette espèce signifie à tête verte. Cette espèce est proche d'A. Festae, il s'en distingue par la coloration de sa tête dont le sommet est vert. Le corps est brun, le dos est marqué par une ligne plus claire bien nette, une autre ligne claire s'observe au niveau de l'épaule, le ventre lui est blanc à orange. Mesure 6 cm de LMC, la queue pouvant mesurer plus de deux fois la longueur du corps. Il est originaire des forêts d'altitude de la réserve de Santa-Lucia (province de Pichincha) au nord-ouest de l'Equateur, sur le versant occidental des Andes. L'holotype ayant été récolté à 1742 m d'altitude. Il a été observé dans la litière végétale mais aussi en bordure des plantations de cane à sucre. Référence : Torres-Carvajal O, Lobos SE 2014. A new species of Alopoglossus lizard (Squamata, Gymnophthalmidae) from the tropical Andes, with a molecular phylogeny of the genus. ZooKeys 410: 105–120. doi: 10.3897/zookeys.410.7401

Potamites erythrocularis CHÁVEZ & CATENAZZI, 2014. C'est un très beau lézard à la robe certes brune mais dont la gorge peut devenir bleu-vert et jaune à orange. Le contour des yeux est jaune à orange vif, d'où son nom. Les mâles peuvent mesurer jusque 8 cm de LMC. Il vit dans les forêts très humides d'altitude (1000 à 2100 m) dans la cordillère de Paucatambo, près de Cusco, au Pérou. Référence : Chávez & Catenazzi, 2014 : A new Andean lizard of the genus Potamites (Sauria, Gymnophthalmidae) from Manu National Park, southeastern Peru. Zootaxa, no 3774 (1), p. 45–56.

Riama yumborum AGUIRRE-PENAFIEL & TORRES-CARVAJAL, SALES NUNES, PECK & MADDOCK, 2014. Ce lézard mesure un peu plus de 5 cm de LMC. Il a été découvert au centre de l'Equateur, sur le versant ouest des Andes, entre 1500 et 1600 m d'altitude dans les sous-bois des forêts humides en compagnie d'Apologlossus viridiceps, un autre gymnophtalmidé décrit en 2014 (voir ci-dessus). Proche de R. labionis. Il a été nommé en référence aux Yumbos, un peuple indien de la région. Référence: Aguirre-Penafiel & Torres-Carvajal, Sales Nunes, Peck & Maddock, 2014 : A new species of Riama Gray, 1858 (Squamata: Gymnophthalmidae) from the Tropical Andes. Zootaxa, no 3866 (2), p. 246–260 . Voir l'article.

Vanzosaura savanicola RECODER, PINHO-WERNECK, TEXEIRA JR, COLLI, SITES & RODRIGUES, 2014. Son nom signifie « qui habite la savane », plus précisément il habite les Cerrado, une brousse se situant au sud de l’Amazonie. Le spécimen type provient de la localité d'Almas, dans l'état du Tocantins, au centre du Brésil, à mi-chemin entre Belem et Brasilia. Ce nouveau taxon est issu d'une étude portant sur Vanzosaura rubricauda et qui a également permis de revalider une espèce décrite en 1933. Référence : Recoder, Pinho-Werneck, Texeira Jr, Colli, Sites & Rodrigues, 2014 : Geographic variation and systematic review of the lizard genus Vanzosaura (Squamata, Gymnophthalmidae), with the description of a new species. Zoological Journal of the Linnean Society, vol. 171, no 1, p. 206–225.

Latérates – lacertibaeniens - lacertidés

Adolfus masavaensis GREENBAUM, MALONZA & BRANCH, 201.4 Découvert sur le Mont Elgon au Kenya, à 3 372 m d'altitude, c'est un petit lézard dont la longueur museau-cloaque atteint 38,5 à 55,5 mm. Le nom de cette espèce provient du nom local du Mont Elgon : Masava. Son dos est marqué par une ligne vertébrale qui atteint parfois l'occipital. Référence:
Wagner, Greenbaum, Malonza & Branch, 2014 : Resolving sky island speciation in populations of East African Adolfus alleni (Sauria, Lacertidae). Salamandra, vol. 50, no 1, p. 1-17.
Voir l'article (avec description complète de A. masavaensis mais aussi A. alleni et des clés de détermination révisée du genre Adolfus) :

Podarcis virescens GENIEZ, SÁ-SOUSA, GUILLAUME, CLUCHIER & CROCHET, 2014 : Lézard appartenant au complexe P. hispanicus type 2. Il vit dans les plaines et sur les plateaux du centre de l’Espagne une partie du sud-ouest ainsi que le centre et le sud du Portugal. Il mesure ente 4 et 6 cm de LMC, les mâles montrent une coloration tendant vers le vert mais seulement au printemps. Son nom fait référence à ce changement saisonnier de couleur. A noter aussi que les populations dite type 1 ont été renommée Podarcis guadarramae, un taxon déjà donné par Bosca en 1916 comme sous-espèce de Lacerta muralis. Cette espèce a été décrite dans le troisième volet d'articles révisant P. hispanicus. Geniez, Sá-Sousa, Guillaume, Cluchier & Crochet, 2014 : Systematics of the Podarcis hispanicus complex (Sauria, Lacertidae) III: valid nomina of the western and central Iberian forms. Zootaxa, no 3794, p. 1–51.

Latérates – teioïdes – téidés

Ameivula cipoensis  ARIAS, CARVALHO, ZAHER & RODRIGUES 2014  Issue du groupe d'espèces A. ocellifera. Découvert dans le parc national de Serra do Cipo, au Brésil, dans l'état de Minas Geiras entre Rio de Janeiro et Brasilia, à une altitude de 1 170 m. La Sierra de Cipo lui a donné son nom. Référence : Arias, Federico; Celso Morato de Carvalho, Hussam Zaher, and Miguel Trefaut Rodrigues 2014. A New Species of Ameivula (Squamata, Teiidae) from Southern Espinhaço Mountain Range, Brazil. Copeia 2014 (1): 95–105 

A. xacriaba ARIAS, TEXEIRA Jr., RECODER, CARVALHO, ZAHER & RODRIGUES 2014 .Proche de l'espèce précédente et également originaire de l'état de Minas Geiras, au sud-est du Brésil, il a été collecté sur les plateaux calcaires du parc national Cavernas do Peruaçu. A. xacriaba a été nommé en l'honneur des indiens Xakriabas. La distinction avec les autres espèces se fait surtout par le comptage et la forme des écailles. Référence : Arias, Federico Jose, Mauro Teixeira Junior, Renato Sousa Recoder, Celso Morato de Carvalho, Hussam 2014. Whiptail lizards in South America: A new Ameivula (Squamata, Teiidae) from Planalto dos Gerais, Eastern Brazilian Cerrado. Amphibia-Reptilia 35 (2): 227-242

Latérates – lacertibaeniens – amphisbénidés

Amphisbaena caiari TEIXEIRA JR, DA VECHIO, NETO & RODRIGUES, 2014 : Originaire du nord de la région de Rondônia au Brésil (près de la frontière nord-est de la Bolivie), dans la parce national de Mapinguari. C’est un petit amphisbène de 15 cm de longueur museau-cloaque avec une queue très courte représentant seulement 10% de la LMC. Référence : Teixeira, Mauro; Francisco Dal Vechio, Antonio Mollo Neto, and Miguel Trefaut Rodrigues 2014. A New Two-Pored Amphisbaena Linnaeus, 1758, from Western Amazonia, Brazil (Amphisbaenia: Reptilia). South American Journal of Herpetology 9 (1): 62-74

Amphisbaena littoralis ROBERTO, BRITO & ÁVILA, 2014 : Originaire également du Brésil, mais à l’opposé de A. carari, puisque cette espèce a été découverte à la pointe orientale de la côte brésilienne, au nord de Recife, dans l’Etat de Rio Grande Do Norte. Référence : Roberto & al. A new six-pored Amphisbaena (Squamata: Amphisbaenidae) from the coastal zone of northeast Brazil. Zootaxa 3753.

Amphisbaena persephone PINNA, MENDONÇA, BOCCHIGLIERI4 & FERNANDES, 2014 : Le nom de cette espèce est assez atypique, puisqu’elle a été nommée en l’honneur de la célèbre Perséphone, déesse des enfers, femme d’Hadès. Cette référence est liée à la vie fouisseuse de ce squamate, qui comme Perséphone est une créature « du monde souterrain ». Mais il n’a rien de « démoniaque » notre petit amphisbène avec ses 16 cm de long ! Il a également été découvert au Brésil, au nord-est de Brasilia, à l’extrême ouest de l’état de Bahia. Référence : Pinna, Pedro H.; Andre F. Mendonça, Adriana Bocchiglieri, and Daniel S. Fernandes 2014. A New Species of Amphisbaena Linnaeus, 1758 from a Cerrado Region in Bahia, Northeastern Brazil (Squamata: Amphisbaenidae) Herpetologica Sep 2014, Vol. 70, No. 3: 339-349.

Cynisca chiroi TRAPE, MANE & BALDE 2014. Une découverte franco-guinéenne d’une espèce d’Amphisbène de grande taille (jusque 29 cm) décrite en l’honneur de Laurent Chirio, herpétologiste français spécialiste de la faune africaine. L’holotype a été capturé à l’extrême sud de la Guinée, en zone de forêt tropicale humide. référence : Trape J-F., Mané Y. & Baldé C. 2014. Une nouvelle et remarquable espèce du genre Cynisca Gray, 1844 (Squamata, amphisbenidae) de Guinée-forestière. Bulletin de la société herpétologique de France 151.

Cynisca manei TRAPE 2014. Une seconde espèce d’amphisbène inédite décrite sur la base d’un spécimen capturé en 2010 par Youssouf Mané (à qui le nom est attribué) et conservé au muséum national d’histoire naturelle de Paris. Il a été capturé au sud du Sénégal, en Haut-Casamance par un paysan du village de Bamako Samba, en zone de savane boisée. Il mesure un peu moins de 13 cm de LMC. Référence : Trape J-F, 2014. Un reptile nouveau du genre Cynisca Gray, 1844, au Sénégal (Squamata, Amphisbenidae). Bulletin de la Société Herpétologique de France 151.





Latérates – Lacertibaeniens - Blanidés

Blanus alexandri SINDACO, KORNILIOS, SACCHI & LYMBERAKIS, 2014 : Cet amphisbène-là est originaire de Turquie. Sa description se base sur des spécimens capturés en 2011 et 2012 au sud-est de la Turquie, près de la frontière syrienne. Son nom n’a rien à voir avec Alexandre le Grand même si la région pourrait s’y prêter, mais avec Allan Alexander qui fut un spécialiste des blanidés. Reference: SINDACO, ROBERTO; PANAGIOTIS KORNILIOS, ROBERTO SACCHI & PETROS LYMBERAKIS 2014. Taxonomic reassessment of Blanus strauchi (Bedriaga, 1884) (Squamata: Amphisbaenia: Blanidae), with the description of a new species from south-east Anatolia (Turkey). Zootaxa 3795 (3): 311–326.




 
Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site