Tiliqua sp. Irian Jaya:
Photo Karine Delaby

Cette espèce encore non décrite dont le statut taxonomique fait débat chez les herpétologues et les terrariophiles. Pour certains il s'agit d'une sous-espèce de T. scincoides, pour d'autres il s'agit d'une variété de Tiliqua gigas evanescens. Par convention, en attendant mieux, elle est nommée Tiliqua sp. Irian jaya. On rencontre souvent le nom de Tiliqua scincoides Irian jaya mais ce nom - dénué de toute valeur scientifique - prête trop à confusion car rienn ne dit que cette variété est plus proche de T. scincoides que de T. gigas.

La coloration et la morphologie de Tiliqua sp. « Irian jaya » sont variables, ajoutant à l’ambiguïté de son statut et la difficulté de son identification. Il n’en reste pas moins que c’est une très belle espèce ! De manière générale (et un peu caricaturale) c'est un T. scincoides avec des pattes de T. gigas. Un sujet qui ressemble à T. scincoides scincoides (forme brune sans bande temporale) mais importé d’Indonésie a de fortes chances d’être un spécimen de T. sp. Irian Jaya même s'il est vendu sous Tiliqua scincoides (seul Tiliqua scincoides chimaerea est également indonésienne mais suffisamment différente de T. s. scincoides pour être reconnue au premier regard).

C’est un Scinque de grande taille puisque atteignant 55 cm. Il ne possède en général pas de bande temporale derrière les yeux (sauf quelques cas). La longueur de la queue se situe entre celle de T. gigas et T. scincoides : 65 à 85% de la longueur museau-cloaque. Les pattes avant sont marquées de noir comme chez T. gigas evanescens. La nuque porte généralement une seule ligne brune, caractéristique rencontrée chez T. gigas, mais certains spécimens portent trois bandes comme T. scincoides.

Une photo de Yumono montrant un Tiliqua sp. Irian jaya dans l'ouvrage de Hitz & al. "Blue tongued-skinks, contributions to Tiliqua and Cyclodomorphus", est édifiante: le sujet ressemble en tous points à T. scincoides, il ne porte même pas les marques noires sur les pattes, seul signe différent: la queue qui semble bien plus grande que celle d'un T. scincoides. D'autres photos de ce livre montrent des sujets plus "typiques" de cette espèce non décrite.

Néanmoins, un bémol est à apporter à toutes les descriptions de Tiliqua sp. Irian Jaya et ce pour deux raisons: D'une part, nous ne connaissons quasiment rien sur les populations sauvages, seuls les spécimens importés sont connus. Ensuite, les hybridations étant nombreuses, il est difficile de dire quels caractères ont été hérités de mélanges en captivité et lesquels sont propres à la forme sauvage (si elle existe, certains auteurs comme Walls soupçonnant une hybridation par des fermes d'élevage locales). Seule une recherche sur le terrain permettra de clarifier les choses.


La répartition de cette "espèce" n'est pas encore très précisément délimitée. Cette espèce vivrait au sud de la province d'Irian Jaya, la partie indonésienne (et occidentale) de la Nouvelle-Guinée, dans la région de Merauke mais également le sud-ouest de la Papouasie dans une région nommée "transfly" (Fly est une rivière qui coule dans cette région de plaines). Tiliqua sp. "Irian Jaya" vit dans des zones de plaines et dans de nombreux biotopes sauf la forêt dense: Cultures, savanes humides, brousse. Il côtoie T. gigas evanescens à l'est de la zone répartition. La région est baignée par un climat tropical à deux saisons: Une saison sèche en hiver et une longue saison humide en été.

D'un point de vue de l'élevage c'est une espèce robuste qui a les mêmes besoins que Tiliqua gigas.


Lire l'article complet sur les problèmes de confusion au sein du groupe T. scincoides: Cliquez ici.



Créé avec Créer un site
Créer un site